Scandaleux Gentlemen (t3) : Le caprice d’un gentleman

Titre : Le Caprice d’un Gentleman (VF) / The Duke and the Lady in Red (VO)
Auteur(e) : Lorraine Heath
Maison d’édition : Harlequin, collection Victoria
Genre : Romance / Historique
Parution : 2017 (France) / 2015 (USA)
Note : 17/20

Résumé :
« Je ne suis pas si facile à conquérir. »
Cela faisait longtemps qu’aucune femme n’avait repoussé les avances du duc d’Avendale. Pourtant, dès qu’il a aperçu Rose Sharpe dans son club de jeu, le duc a tout de suite été subjugué par le visage d’ange et la robe écarlate de cette beauté – et elle semblait plus que réceptive, lorsqu’il l’a faisait valser dans ses bras. Venue seule, sans chaperon ni escorte, elle se présente à lui comme une riche veuve, mais Avendale n’est pas dupe. Qu’est-ce qui peut amener une inconnue dans ce repaire de gentlemen fortunés ? Et pourquoi refuse-t-elle obstinément qu’il la raccompagne chez elle ? Pour la conquérir, il compte bien percer le mystère qui l’entoure…

Avis de Tora :
Un tome que j’attendais avec beaucoup d’impatience car depuis Le Duc qui Fuyait L’Amour, Avendale est un personnage qui m’avait fait forte impression. Une âme brisé derrière ces faux-semblant de séducteur invétéré.

Dans la ligné des deux premiers tomes, Lorraine Heath nous raconte une histoire empli d’émotions, en associant deux personnages opposés, et en découvrant par la suite qu’ils ne sont pas si éloigné qu’on peut le voir au premier abord. Le Duc d’Avendale est connu pour sa réputation de grand séducteur. Imperturbable, volage, il n’a aucune honte sur ses agissements et ses paroles. Les femmes se bousculant à sa porte, un jour, il remarque Rose. Totalement le contraire de toutes ses conquêtes, il se décide à la conquérir. Sauf que celle-ci n’a que faire de son rang et sa réputation. En le repoussant, il se met au défi de l’emmener dans son lit. Bien mal lui en a pris, car Rose n’est pas ce qu’elle semble être. Il va le découvrir à ses dépends. Et pour rien au monde, désormais, il a l’intention de la laisser glisser entre ses mains.

Entre le Avendale et Rose, la partie du chat et de la souris commence à l’instant où leurs regards se croisent. Or la souris n’est pas forcément celle qu’on croit. Rose, bien qu’elle ne soit pas une aristocrate, n’en est pas moins banale. Comme le Duc, elle a une vision particulière de l’amour. Ils usent, tout deux, de leur charme pour en venir à leur fin. Sauf que pour Rose, c’est pour mieux dépouiller ses victimes, et non les mettre dans son lit. Même si elle joue sur la séduction. En ce point, ils se ressemblent. Leur différence est leur expérience de la vie, leur rang, qui influent sur leurs personnalités. Malgré des points communs, Rose survit par son courage, ses sacrifices, et ses manigances. Alors qu’Avendale, de par son statut, son arrogance et son intelligence, tout lui tombe dans les bras. Enfin, c’est qu’on croit, au début. L’un comme l’autre sont bien plus complexe. Au fil de la lecture, on découvre des êtres brisés. Rare sont ceux qui les fréquente, car ils accordent leur confiance a peu de gens. Ensemble, ils vont accepter de se faire confiance, de comprendre que l’amour peut exister.

Lorraine Heath réussit, encore une fois, à associer deux personnages au passé troublant, entourés d’autres, essentiels dans l’évolution de leur relation. Chaque tome se ressemble et se distingue à la fois, car chacun des personnages apporte sa propre histoire, nourrissant les autres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s