Has to Be Love

Titre : Has to Be Love (VO)
Auteur(e) : Jolene Perry
Maison d’édition : Albert Whitman & Company, collection Teen (Inédit en France)
Genre : Young Adult / Romance / Contemporain
Parution : 2015 (USA)
Lu en anglais
Note : 10/20

Résumé :
Il y a plusieurs années, Clara a survécu à l’attaque vicieuse d’un our. Elle est habitué à recevoir des regards de sympathie en ville, mais rencontrer des étrangers est une autre histoire. Pourtant son rêve est de partir loin de Knik dans l’Alaska, et maintenant elle a un secret à la fois excitant et effrayant, elle a reçu une lettre d’acceptation de la part de l’Université de Columbia. Mais il se trouve que ses cicatrices ne sont pas aussi réparables qu’elle ne l’espérait, et quand son petit-ami la pousse afin qu’elle prenne un engagement pour toujours, elle commence à remettre en question ses pensées pour New York. Puis Rhodes, un élève en professorat qui s’occupe de sa classe d’anglais, la force à accepter son talent pour l’écriture et tout devient plus confus, spécialement les sentiments qu’elle commence à avoir pour lui. Maintenant tout ce que Clara veut, c’est de cacher les choix compliqués qu’elle doit prendre. Lorsque son monde s’effondre autour d’elle, Clara doit confronter ses problèmes et trouver une façon de prendre des décisions. Choisira-t-elle la vie de ses rêves ou la vie qu’une personne qu’elle aime a choisit ? Quel choix est le plus effrayant ?

Avis d’Ash :
Jolene Perry est une auteure qui m’avait vraiment marqué avec Stronger Than You Know, ce livre avait été une véritable claque et j’avais vraiment hâte de relire autre chose d’elle. Quand j’ai lu le résumé de Has to Be Love, je me suis dit pourquoi pas, l’intrigue principal a l’air pas mal et je suis sûre que l’amorce de triangle amoureux n’est que ça, rien de plus… Et je suis tombée de très haut, je n’ai pas retrouvé ce qui m’avait tant plus dans l’autre livre de l’auteure, la protagoniste m’est sortie par les yeux et le triangle amoureux a été la goutte de trop.

Clara est une jeune fille qui a énormément souffert après l’attaque par un ours qu’elle a subit. De ce jour funeste, il lui reste des partout sur son corps et surtout son visage, mais aussi le décès de sa mère. Elle est douée pour la poésie mais elle manque de confiance en elle, en plus de se faire des films sur son avenir. Ses plus grosses blessures ne sont pas visibles et c’est en partie là que se trouve la faiblesse de ce livre, la raison pour laquelle je n’ai pas accroché à Clara. Cette fille a clairement des problèmes psychologiques dus à l’attaque, des problèmes qui n’ont pas du tout été réglés. Il n’est fait mention a aucun moment d’aide psychologique et cela m’a énormément gêné. Si elle avait eu cette aide, elle aurait accepté les retombés de l’attaque, elle n’aurait pas été surprise d’apprendre que ses cicatrices ne peuvent pas être opérés et elle ne vivrait pas dans un monde rêvé qui n’existe. Je lui reproche aussi de ne pas voir ce qu’il y a devant elle, la chance qu’elle a d’avoir des gens qui l’aiment et la soutiennent.

Et heureusement qu’il y avait les personnages secondaires, faute de quoi je pense que j’aurais arrêté ma lecture. Ellias est vraiment le petit-ami parfait, il est tendre, compréhensible, il l’aime pour ce qu’elle est, même avec ses cicatrices. Il est toujours là pour elle, il la soutient et il est prêt à passer au niveau supérieur, c’est-à-dire le mariage puisqu’ils sont mormons. Malheureusement, Clara est vraiment injuste avec lui, elle le fait tourner en bourrique et espérer pour rien. Puis il y a Rhodes, le nouveau professeur stagiaire qui vient de Columbia et qui représente tout ce dont rêve Clara. Insouciant, doué avec les mots, mignon et sexy, il est tout ce que Clara rêve de devenir à New York mais surtout il est attiré par elle et son talent. Commence alors une relation à trois que je n’ai pas du tout apprécié, surtout à cause d’une jeune fille immature et égoïste qui est une véritable girouette et cela jusqu’à la dernière page.

Bien que ces deux jeunes hommes aient une place prépondérante dans les choix de Clara, ceux ne sont pas les seuls. Sa meilleure amie va elle aussi étudier à New York, ce qui la pousse davantage à vouloir quitter sa ville natale. Son père est lui un cas particulier, il est un mormon ultra-pratiquant, assez fermé dans ses choix et pourtant il se contredit en entamant une relation avec une amie de longue date. Il y a beaucoup de discours à deux niveaux du genre « fait ce que je dis, pas ce que je fais » et je déteste cela tout autant que les triangles amoureux. Bien que l’écriture de Jolene Perry soit toujours aussi légère et agréable à lire, le choix qu’elle a prit pour ses personnages et son intrigue n’a pas du tout fonctionné pour moi et cela a été une grosse déception…

Merci à Albert Whitman & Company pour ce service presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.