The Fourth Element (t2) : Blood of the Prophet

Titre : Blood of the Prophet (VO)
Auteur(e) : Kat Ross
Maison d’édition : Auto-édition (Inédit en France)
Genre : Young Adult / Fantasy
Parution : 2016 (USA)
Lu en anglais
Note : 15/20

Résumé :
Visionnaire. Alchimiste. Sauveur. Saint.
Le Prophéte Zarathustra a été appelé de bien des façons. Maintenant il passe son temps à dessiner des images de drôles de chèvres. C’est ce qui arrive lorsque vous avez été bloqué dans une prison pendant 200 ans. Mais l’homme qui pourrait bien être fou, et qui est définitivement supposé être mort, est tout à coup devenu quelqu’un de valeur une fois de plus…
Cela ne fait que quelques semaines depuis que Nazafareen a échappé aux donjons du roi avec son daeva, Darius. Elle espère ne plus jamais mettre les pieds dans cet empire, mais la recherche du Prophète la mère dans l’ancienne cité de Karnopolis. Ils doivent le trouver avant qu’Alexandre de Macédoine brûle Persépolis et la mère de Darius avec. Mais ils ne sont pas les seuls à le chercher.
Le nécromancien Balthazar à ses propres plans pour le Prophète, tout comme le sinistre maître espion des Numerators. Alors que Nazafareen est attiré dans un dangereux jeu du chat et de la souris, ses nouveaux pouvoirs prennent un décisif tournant sombre. Seul le Prophète comprend le secret de son don, mais le prix à payer pour ses compétences pourrait bien être plus élevé que celui que Nazafareen est prête à payer…

Avis d’Ash :
Après avoir eu un coup de cœur pour The Midnight Sea, j’avoue avoir eu du mal à me remettre dans cette série dense et complexe tellement il y a de choses à digérer et je ne parle pas des noms très compliqués des personnages qu’il faut retenir ! Malheureusement, Blood of the Prophet n’était pas aussi intense que son prédécesseur et je trouvais qu’il lui manquait un petit quelque chose pour qu’il soit tout aussi accrocheur. Attention, l’histoire est toujours aussi prenante et les personnages incroyable de complexité et en constante évolution, mais ça manquait un peu de « whoah ».

Nazafareen a donc rejoint les rangs d’Alexandre de Macédoine avec Darius, Tijah, Myrri et toute leur petite bande. Ils pensaient être libre, avoir fuit l’Empire si dangereux dans lequel ils vivaient, mais ce répit n’aura été que d’un court instant, ils doivent retourner sur place afin de retrouver un homme bien particulier pour pouvoir sauver tout le monde. Nazafareen est toujours aussi extrême comme jeune femme, bien qu’elle découvre peu à peu sa féminité et qu’elle commence à douter sur elle-même et ce qu’elle est. Darius est là pour lui donner main forte, mais malheureusement leur couple a encore du chemin pour exister au grand jour et surtout qu’ils surmontent les sacrifices qu’ils ont fait l’un pour l’autre. Tijah se dévoile peu à peu et on comprend qu’elle a un grand rôle à jouer dans tout ça.

Mais en plus de ces trois-là, de nouveaux personnages (ou bien des secondaires plus développés) font leur apparition et dans certains cas ils deviennent narrateurs. Araxa et Balthazar nous donne un aperçu vraiment intéressant des nécromanciens et surtout sur Néblis. On commence à comprendre que rien n’est tout blanc ou noir, il y a des personnes qui vont changer de camps et surtout se remettre en question. Achameanes est un autre personnage qui m’intrigue et qui je pense aura un impact dans la suite de l’intrigue mais je n’en dirais pas plus.

J’ai beaucoup aimé suivre les recherches de Nazafareen, les obstacles qu’elle doit surmonté afin de pouvoir se battre à nouveau avec une main manquante, contrôler ses nouveaux pouvoirs. Les mystères entourant le Prophète sont aussi un gros plus, on établit tout un tas d’hypothèse sur son rôle et sur le camp qu’il va choisir. Notre héroïne le cherche partout voyageant à plusieurs reprises, devant se battre et se faire des alliés inattendus. Mais certains secrets restent encore à être dévoilés et la fin de ce tome donne le ton pour la suite qui s’annonce d’ores et déjà plus explosive.

Avec ce tome, Kat Ross développe davantage son univers au risque de perdre en rythme et en actions. Pourtant cela pourrait bien être un choix judicieux pour la conclusion de cette trilogie. On se rend compte que cette histoire est totalement ancrée dans notre Histoire, seulement qu’il y a de la magie et des monstres en plus. On commence à deviner à quelle période et quel endroit tout se déroule, ce qui rajoute une petite pression sur l’auteure.

Merci à Kat Ross et Xpresso Book Tours pour ce service presse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.