La Constance de l’Étoile Polaire (t1) : La Constance de l’Étoile Polaire

Titre : La Constance de l’Étoile Polaire (VF) / For Darkness Shows the Stars (VO)
Auteur(e) : Diana Peterfreund
Maison d’édition : Infinity, collection Onirique
Genre : Young Adult / Science-Fiction / Romance
Parution : 2017 (France) / 2012 (USA)
Note : 20/20 ❤

Résumé :
Il y a de cela quelques générations, une expérience génétique ayant mal tourné a provoqué la Réduction, qui a décimé l’humanité ; une noblesse Luddite a émergé des cendres et a interdit presque toute forme de technologie. Dans ce monde, Elliot North a toujours su où se trouvait sa place. Quatre ans auparavant, elle a refusé de s’enfuir avec son amour d’enfance, le domestique Kai, préférant choisir les obligations qui la liaient au domaine de ses parents plutôt que l’amour. Depuis, le monde a changé. Les post-réductionnistes s’efforcent de remettre en marche le progrès ; quant au domaine d’Elliot, il meurt petit à petit, l’obligeant à louer ses terres à Cloud Fleet, un mystérieux groupe de constructeurs de navires dont fait partie un explorateur renommé, le Capitaine Malakai Wentforth – Kai, son amour de jeunesse, devenu presque méconnaissable. Et tandis qu’Elliot se demande si c’est une deuxième chance qui se présente, Kai, lui, semble déterminé à montrer à Elliot tout ce qu’elle a perdu lorsqu’elle a choisi de le laisser partir. Mais bientôt, Elliot découvre que son vieil ami cache un secret si important qu’il pourrait changer leur société… ou la mettre à genoux. Et une nouvelle fois, elle doit faire face à un choix : s’accrocher aux croyances qui ont forgé son éducation, ou unir sa destinée à celle du seul garçon qu’elle a jamais aimé, même si elle l’a perdu pour toujours.
Inspiré du roman de Jane Austen, Persuasion, La constance de l’étoile polaire est une romance à couper le souffle où l’enjeu est d’ouvrir son esprit au futur, et son cœur à la seule personne qui est capable de le briser.

Avis de Tora :
Au premier abord, je ne savais pas du tout où je m’embarquais lorsque j’ai lu le résumé, surtout qu’il ne ressemblais pas vraiment à celui que vous pouvez lire actuellement (sauf si ma mémoire me fait défaut). Très intriguée, j’ai décidé de me lancer. Et pour une fois, bien que la couverture soit magnifique (comme la majorité des couvertures de MxM/Infinity), le titre attire déjà l’attention. Et me voilà, avec le sourire aux lèvres en tournant la dernière page, regrettant que l’histoire soit terminée, comme un goût de trop peu.

Diana Peterfreund signe une œuvre originale, sur fond de science-fiction et de romance, qui rappelle d’ailleurs le style d’une romance historique, sauf qu’il s’agit d’une époque futuriste. N’ayant pas lu l’œuvre, mais ayant vu le film, on ressent bien l’inspiration de Persuasion de Jane Austen, avec de l’amour et de la haine, mais point de jeu de séduction comme dans beaucoup de romance contemporaine. L’auteur nous entraîne dans l’histoire de deux amis d’enfance, Elliot North et Malakai Wentworth, dans un monde où l’humanité a été décimée. En effet, suite à de nombreuses manipulations et expériences, l’être humain a provoqué son déclin en se prenant pour des dieux. Après cette Guerre, l’humanité est séparé en trois classes : les Altérés, les Posts et les Luddites. Les Altérés est le peuple le moins avancé niveau intellectuel, ils sont sous la protection des Luddites, la noblesse. Leur rôle est avant tout de protéger cette nouvelle société d’expérimentation, considéré comme une monstruosité, puni par Dieu. Les Posts, eux, sont les enfants d’Altérés ayant les mêmes capacités intellectuelles que les Luddites. L’histoire se déroule quatre ans après le départ de Kai. Elliot essaie tant bien que mal de maintenir le domaine à flot, car de plus en plus de Posts partent. Et ce n’est pas avec l’absence d’aide du baron, son père, et sa sœur, qu’elle y parviendra. Elle a donc trouver une solution, qui pourrait lui être fatale si cela se savait. Une autre solution arrive miraculeusement. La Cloud Fleet, des Posts libre, veut louer le chantier naval de son grand-père. Grâce à ce revenu, le domaine pourra passer l’hiver, mais elle ne s’attendait pas à revoir Kai. Un plaisir très vite écraser par la personnalité si différente de celui-ci.

Le début de la lecture fut assez difficile, le temps de comprendre l’univers et ses termes, cependant ensuite elle devient addictive. Bien qu’il y ait pas d’actions, l’histoire nous surprend par son style, procurant bien-être et tristesse à la fois (bon, parfois on veut étrangler Kai aussi). Les personnages sont tous mis en valeur. On découvre en même temps qu’Elliot toutes ces vies, on les accompagne. La relation d’amour et de haine entre Elliot et Kai nous rend inexplicablement attentif, notamment lors des passages épistolaires. Cette correspondance écrite passé, présente durant toute l’histoire, nous ravis, comprenant davantage ce qui les rapproche. Andromeda et Donovan, sont deux personnages que j’affectionne aussi particulièrement, une source d’espoir dans ce monde où les Posts sont considérés comme une sous-classe. Ce livre est bien plus qu’un passe-temps, il fait également réfléchir sur un probable futur.
A recommander pour les lecteurs friands de romance originale, sur style Austenien (ça se dit ça ?) et sur fond de dystopie.

Merci à Infinity pour ce SP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.