The Oneroi Legacy (t1) : Dreamwalkers

Titre : Dreamwalker (VO)
Auteur(e) : Tiaan Lubbe
Maison d’édition : Auto-édition (Inédit en France)
Genre : Young-Adult / Fantasy
Parution : 2017 (Afrique du Sud)
Lu en anglais
Note : 17/20

Résumé :
« Tu parcours les ponts entre deux mondes, entre la réalité et les rêves, Ciso ».
« Tu es un Dreamwalker »
Narciso di Angelo, un garçon de seize ans, vit dans les rues de Rome et pense qu’il est le seul à pouvoir entrer dans les rêves des autres.
Il ne l’est pas.
Lorsqu’une femme mystérieuse et sombre fait son apparition dans l’un de ses rêves, il est sauvé de ses griffes par Project Somnus, une organisation souterraine secrète des Nations Unies, qui recrute et forme les enfants avec ses dons, en les utilisant pour lutter contre les terroristes dans le monde entier afin éradiquer les menaces.
Ici Narciso apprend plus de ses capacités et d’où elles viennent, ainsi que ce que cela signifie pour faire partie d’une famille et d’une maison.
Mais, alors que la menace de la femme mystérieuse et de l’organisation terroriste Tantibus augmente, il apprend aussi ce que c’est que de perdre.
« Dans les rêves, nous vivons. En réalité, nous rêvons. »

Avis de Jinxx :
Dreamwalker est un chouette roman. Pas de prise de tête à la lecture du roman.
Narciso, aka Ciso, est un ado presque comme les autres : il est capable d’entrer dans le rêve des autres. Il est capable d’interagir avec les rêves. Il est… un X-men. Ouais bon, là je mythone mais ce n’est pas loin. Encore un peu, on aurais vu Jean Grey ou Xavier XD

Pour reprendre notre chronique, nous sommes face à une histoire qui est intéressante. En quoi ? De part le concept. Ciso s’est fait enrôler par une organisation secrète dirigée par l’armée américaine. Cette armée à pour but de détruire, démanteler, anéantir des réseaux de terroristes. En quoi un rêve peut aider à atteindre cet objectif ? Il faudra le demander à Cobb, lui seul à pu tester la destruction de la pensée à travers un rêve.
D’autre part, les personnages. Ciso ressemble à plein de personnage qui n’ont presque pas de charisme au premier tome mais une fois qu’on arrive vers la fin, on fini par lui trouver un je ne sais quoi d’héroïque. Je lui donne une seconde chance pour faire ses preuves.

Pour en revenir à l’histoire, Tiaan Lubbe a voulu nous emmener dans un univers unique dans son genre. Il a fait quelques faux pas mais n’a rien gâcher dans l’envie de continuer la lecture. Mon seul regret, c’est que l’histoire est longue à la détente. Ok je suis d’accord qu’il y ai un temps de présentation, mais là… Ce n’est pas la présentation des personnages ou de l’histoire qui est en cause, c’est juste que les actions sont… pas du tout mises à leur juste valeur. Pourtant, il y a de quoi faire.

Melaina qui a tout du charisme d’une méchante m’a un peu déçue sur la fin… Je m’attends au même retour de bâton que j’ai vu chez Seraphina (Sheena Hutchinson) ou chez Captivated (S.J. Pierce), c’est-à-dire qu’elle est badasse mais en vrai… pas tant que ça. Mais j’attends pas mal de l’organisation terroriste quand même.

Sinon, Tiaan Lubbe a une plume plaisante à lire. Et comme je l’ai dis, un peu plus tôt : il faut de l’action brute. Un vrai combat digne de nom ! Il a tout en main, maintenant, il faut rendre le héros badass et les méchantes ultimate badass !

Merci à Tiaan Lubbe et à Xpresso Book Tours pour ce service presse !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s