Reapers Motorcycle Club (t4) : Défenseur

Titre : Défenseur (VF) / Reaper’s Stand (VO)
Auteur(e) : Joanna Wylde
Maison d’édition : Milady, collection Romance
Genre : Romance / Érotique / Contemporain
Parution : 2017 (France) / 2014 (USA)
Note : 20/20 ❤

Résumé :
Lui pardonnera-t-elle d’être un biker ?
Entrepreneuse spécialisée dans le nettoyage, London Armstrong s’occupe de la fille de sa cousine qui, âgée de dix-huit ans, est une vraie tête brûlée. Un jour, London rencontre le veuf et inconsolable Reese Hayes, président des Reapers, qu’elle trouve aussitôt attirant. Même si celui-ci ne cache pas son envie de la mettre dans son lit, elle n’oublie pas qu’il est aussi un malfrat et un criminel. Mais quand sa cousine se retrouve impliquée dans un trafic de drogues, London s’aperçoit que Reese pourrait bien être le seul homme en mesure de l’aider. Jusqu’où est-elle prête à aller pour sauver sa famille ?

Avis de Jinxx :
Plus on avance dans l’histoire, plus ça devient chaud et trop choupi.
Après la fille, voici le père. Eh oui ! L’histoire met en scène le père et le président des Reaper’s, j’ai nommé Picnic. L’homme bâti comme une montagne, pilier des motard de Cœur Alène, papa poule à ses heures perdu. Picnic (ou Reese) est le papa qu’on aimerait avoir même s’il est pénible. Maintenant qu’on le voit sous un autre jour, on l’apprécie deux fois plus et on ne peut que l’aimer. Il n’est pas méchant bougre dans le fond. Depuis le décès de son épouse des années plus tôt, il s’était quelque peu renfermé sur lui-même sans vraiment le montrer. C’est sûr, quand on a aimé une fois, il est très difficile d’aimer de nouveau. Mais une fois passé cette réflexion, on peut se sentir pousser des ailes et c’est ce qui est arrivé à notre ours mal léché de Picnic.

En ce qui concerne London, j’avoue que j’avais presque envie de pleurer pour elle (ou pitié… ça dépend de comment on se place). Elle en a vu des vertes et des pas mûres. Entre disputes et trahison, je ne voyais pour elle que le suicide. Ouais je sais, c’est radical mais que voulez-vous je suis comme ça. En tout cas, London est en tête des femmes qui mérite tout mon respect (la bonne dernière est Sophie). Justement, j’évoque Sophie mais d’un côté, elle se ressemble presque : protéger l’enfant qu’on aime envers et contre tous. Même si « l’enfant » qu’elle essaie de protéger n’est pas le sien mais celui de sa cousine camé. Bref, London a tout pour plaire et ça Picnic l’a bien compromis malgré quelques… inconvénients qui sont indépendant de sa volonté. Franchement, après un bon Roméo et Juliette (où Léo à gagner son oscar), le couple Picnic x London est digne d’un roman de James Bond (non je déconne XD).

Sinon, à part ça…. eh bien, l’histoire dans sa globalité a pris une tournure à laquelle je ne m’y attendais pas… en fait, c’est pas que ça soit aller trop vite, c’est juste que je ne m’attendais pas à ce que ça se termine comme ça. Ok, il y a eu des faits qui montrent l’histoire devait se passer ainsi mais une fois qu’on arrive au dernier chapitre et qu’on lit se qui se passe quelques temps plus tard, je suis un peu déçue par la finalité. Après, je ne dis pas qu’il y aura pas de second fil rouge par rapport à El Cartel. Parce que sinon, ça risque de devenir… plat. Parce que le sexe, la romance et le club ne fait pas tout. Ce qui se passe dans le club risque de vite virer à une routine complètement sans intérêt. Pour que ce roman reste sur la route, il lui faut obligatoirement une situation extérieure qui peut leur être bénéfique ou non (même si je mise plus sur « ou non »).

En parlant de situation extérieure, j’ai hurlé de joie intérieurement (ceci était une joke, il était dans la nuit/matin quand j’ai crié XD) lorsque j’ai enfin découvert une nouvelle team de motard (suis pas encore familier avec le terme « club » à chaque fois ça me fait pensé à « Club Dorothé » loool) je me suis dis : « enfin, de la chair fraiche ! » Bon ok, on n’en sait rien sur eux pour le moment mais j’ai hâte de poser ma main ceux de la Silver Bastard MC.

Moralité de cette histoire… plus on est de fous, plus on rit. Mais à trop en rire, on peut finir par devenir le Joker. (Ceci était la minute pub de la Licorne XD)
Plus sérieusement (et je me répète encore et encore) Joanna Wyle fait de l’excellent travail avec cette série qui est plus qu’envoutante à chaque tome. Après niveau traduction, je ne dis pas que c’est mal fait MAIS du tome 1 au tome 3 (au moins jusqu’à la seconde partie) les femme avait droit à la première personne alors que les hommes était la troisième personne et puis comme par enchantement fin tome 3 jusqu’au 4 on est à la première personne pour tout le monde. Yolol ! J’espère qu’ils vont rester sur cette ligne par ce que bon hei n!
Quand à moi, je continue ma lancée avec le tome 5 (je n’ai pas la date de licence en VF)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s