Russian Tattoos (t1) : Obsession

russiantattoos1Titre : Obsession (VO)
Auteur(e) : Kat Shehata
Maison d’édition : Limitless Publishing (Inédit en France)
Genre : New Adult / Dark Romance
Parution : 2016 (USA)
Lu en anglais
Note : 17/20

Résumé :
Tomber amoureux n’est pas un crime, mais tomber amoureuse du boss de la mafia russe pourrait bien être mortel.
La joueuse de tennis compétitive Carter Cook veut goûter à la liberté. Son père surprotecteur contrôle tous les aspects de sa vie, alors lorsqu’il est employé par Vladimir Ivanov, un russe sexy avec une bonne dose de tatouages et un accent qui lui fait trembler les genoux, un peu de danger est à portée de mains de Carter. Dans le dos de son père, elle passe d’agréables moments avec Vladimir dans sa belle demeure. Mais est-il réellement le businessman qu’il prétend être ?
Vladimir Ivanov règne en tant que Parrain de la mafia russe criminelle.
Vladimir a passé 5 années de sa vie dans une prison de Sibérie et il a mérité chaque tatouage qu’il a sur son corps. Il est un homme puissant qui obtient tout ce qu’il souhaite, et après avoir observé la joueuse de tennis durant des années, il veut Carter. Un peu de charme fond son coeur, et en coulisse, il ordonne ses hommes de main de suivre chacun de ses mouvements.
Il est un bâton de dynamite tatoué prêt à exploser à la moindre étincelle.
Alors que leur romance atteint des niveaux mortels, Carter ressent que quelque chose ne va pas. Lorsqu’elle est piégée dans une position compromettante entre les mains d’un horrible dealer de drogue européen, elle appelle Boris, le bras droit de Vladimir, à son secours, sans le dire à Vladimir. Avec son autorité remise en question, il se lance après Carter pour lui apprendre une leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier.
Quand Carter réalise qu’elle est trop enlisée dedans, elle doit se battre pour sa liberté avant que cette attraction se révèle être fatale.
Mais le bratva russe joue pour gagner, et le désir puissant de Vladimir rend leur romance hors de contrôle.

Avis de Yuki :
Comment résister à ce livre avec un résumé pareil et une couverture à tomber ?
Carter Cook est une jeune femme de 19 ans, sans histoire, qui aime passionnément le sport, et plus particulièrement le tennis. Elle rêve de liberté, et avec sa meilleure amie, elles cherchent un appartement pour se libérer de son père qui l’étouffe un peu.
Mais en cette soirée, Carter est heureuse pour son père. Au chômage depuis trop longtemps, ils étaient sur le point de perdre la maison, quand un homme lui a proposé un travail. Son père ne jure que par ce Vladimir qui les a invités à diner et qui rêve de rencontrer Carter.
Au premier regard, c’est le coup de foudre pour la belle Carter. Mais le beau Vladimir aux yeux d’un bleu hypnotisant, lui dit qu’elle ressemble beaucoup à sa soeur Sophia, et c’est la douche froide.
Sophia est la grande soeur de Carter, qu’elle aimait et adorait par-dessus tout, mais un jour, en venant la chercher au collège, Sophia meurt dans un accident de voiture. Carter s’en est toujours voulu, au point d’avoir longtemps eu des problèmes d’alimentations.
Pour autant, le repas chez le nouveau patron de son père se passe à merveille. Vladimir est végétarien, comme Carter, et il aime le tennis au point de faire construire un court dans son immense jardin, il a aussi des chiens de race que Carter adore.
Le courant passe facilement entre Vladimir et Carter, tant ils ont des points communs.
Quelques jours plus tard, suite à une altercation avec son patron qui l’a renvoyée, Vladimir lui propose de travailler pour lui, ce qu’elle accepte avec plaisir. Mais au fil des jours passé avec eux, Carter s’aperçoit que Vladimir n’est pas un simple homme d’affaires, mais un mafieux russe. Pour autant, Vladimir est charmant avec elle, et les employés de la maison se comportent correctement. Jusqu’au jour, où à force de mensonge à répétition, Carter découvre le véritable visage du chef de la mafia.
Obsession porte très bien son nom. Contrairement à Carter, qui est — il faut l’avouer — un peu cruche, le lecteur comprend très rapidement l’origine de ce titre.

La romance n’est pas le sujet principal de ce livre, même s’il est omniprésent, mais c’est l’univers de la mafia, et plus précisément l’arrivée d’une jeune femme qui ne connait pas ce monde et qui découvre qu’il ne faut pas trop se frotter avec des mafieux.
Entre violent psychologique et violence physique, Carter, ainsi que le lecteur, n’aura pas énormément de répit. Mais contrairement au lecteur qui aimerait sortir de cet enfer, Carter s’y enlise jusqu’au point de non-retour.
Non, le monde mafieux n’est pas un monde rose bonbon, et encore moins pour une jeune femme de 19 ans qui ne rêve que de liberté au point de mentir pour qu’on lui fiche la paix. Carter finira par apprendre à ses dépens qu’il ne faut pas trop se frotter à la mafia.

Carter est le personnage principal de ce roman, et toute l’histoire est écrite de son point de vue. C’est une jeune femme sportive et compétitive qui n’aime pas l’échec. La mort de sa sœur l’a traumatisé, au point de ne pas vouloir conduire, d’avoir eu des difficultés à s’alimenter, mais surtout à s’en vouloir terriblement. C’est une jeune femme pleine de vie, qui aime faire la fête quand elle le peut, par contre, elle n’arrive pas facilement à comprendre les choses et pour ma part, elle pardonne trop facilement les écarts de conduite de certaines personnes.

Vladimir est un homme mystérieux, le lecteur finit par comprendre un bon nombre de choses que Carter ne réalise pas. Quand Vladimir veut quelque chose, il fait tout pour l’avoir, sa gentillesse n’est pas complètement désintéressée. Et disons qu’il ne vaut mieux pas l’approcher à certains moments.
Mais Vladimir est aussi un homme prévenant et très romantique qui fera tout pour gagner le cœur de Carter, même s’il le fait assez maladroitement.

L’écriture est très simple, et même si l’histoire est un peu longue, on rentre facilement dans le roman sans réussir à s’en détacher. L’auteur arrive à nous captiver malgré la violence de certaines scènes.
Russian Tattoo est une série à lire, mais attention, âmes sensibles s’abstenir, ce n’est pas Candy au pays des bisounours.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s