The Reaper’s Mate

reapersmatefTitre : The Reaper’s Mate (VO)
Auteur(e) : Celia Aaron
Maison d’édition : Auto-édition (Inédit en France)
Genre : Nouvelle / Érotique / Fantastique
Parution : 2016 (USA)
Lu en anglais
Note : 16/20

Résumé :
Ce travail. L’ennui est un mot trop coloré pour cela. J’escorte les humains à la vie après la mort depuis des millénaires. J’ai envie de passé à autre chose. Mais quand vous êtes le fils d’un des plus grands moissonneurs de tous les temps, ce métier est dans vos gênes. Mon dernier rendez-vous était avec une certaine Annabella Lyric, 28 ans et qui vit dans la vielle Nouvelle Orléans. Snoozefest. Mais il y a un bonus à cette mission : c’est la nuit d’Halloween. Et elle assiste à une fête chic tout en ignorant de sa disparition imminente. J’ai été chargé de prendre l’âme Annabelle après le bal masqué. La bonne nouvelle ? Je corresponds tout à fait aux fêtards costumés. La mauvaise nouvelle ? Ce qui me frappe, c’est quand je réalise qu’Anabella est beaucoup plus qu’une victime, elle est ma prochaine compagne malheureuse.

Avis de Jinxx :
J’ai l’impression que Celia se perd dans les nouvelles. Maintenant je comprends mieux son duo avec Sloane : l’une rattrape l’autre avant la déchéance.
Pourtant, je sais qu’elle est capable de beaucoup mieux que ça. Quand je vois ce qu’elle a fait avec Acquisition ou encore Tempting Eden qui était, selon moi, l’un de ses meilleurs écrits. Là on a droit à une suite de mots qui ont certes de la logique mais qui rend le personnage masculin crétin.

Ok, ok. Être la faucheuse ce n’est pas le bon plan surtout si on tombe in love de sa propre victime. Est-ce du vu et du revu ? Ben… ya qu’à voir Roméo et Juliette. C’est le même principe avec des éléments différents.
Mon seul reproche reste le prota masculin du nom de Mathieu. Ce mec manque de personnalité en dehors d’Annabella. C’est à dire que si on lui enlève cette femme, ben il n’est rien. Il est vide, dénué de sens (et je me rends compte en disant cela que c’est le principe même de la faucheuse : loose totale XD). Bref, mais quand même. Le minimum syndical aurait pu faire l’affaire non ? Même en faisant l’amour, le mec est chiant avec ses mots d’amour à sucrette. Je veux bien une fois de temps en temps mais pas tout le temps. On en fait une overdose à force. On a tous compris qu’il a trouvé sa perle rare et qu’il en veux plus la lâcher ! Oh ACTION BORDEL !!!
Annabella, on ne peut rien lui reprocher de spécial. Elle est la fille par excellence qui ignore tout de sa mort mais qui de son vivant avait déjà un fort caractère.

Tout ça pour dire que… Hum… The Reaper’s Mate n’est pas spécialement mauvais en soi ni à la lecture. Non loin de là, les scènes de cul toujours aussi affriolant (c’est du made in Celia, voyons *pense à lui faire la carte membre de la Fédération Tonton Grey*), mais le personnage de Mathieu ne m’a vraiment pas emballé plus que ça. C’était pfff…
Bref, moi je peux vous inviter à lire cette nouvelle sans prise de tête. Elle est franchement sympa mais ne vous attendez pas à THE truc. Il y a l’amour à l’eau de rose.

Merci à Celia Aaron et Ardent Prose pour ce service presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s