Furious Rush

furiousrushfTitre : Furious Rush (VO)
Auteur(e) : S.C. Stephens
Maison d’édition : Forever (Inédit en France)
Genre : Romance / Contemporain
Parution : 2016 (USA)
Lu en anglais
Note : 14/20

Résumé :
Trop rapide, trop furieux et surtout trop canon pour le gérer…
Mackenzie Cox a beaucoup de choses à prouver. Fille d’un coureur légendaire, elle a envie de montrer au monde entier qu’elle a hérité du talent de son père dans le sport dominé par les hommes qu’est la course moto. La dernière chose dont Kenzie ait besoin est que le nouveau pilote de l’équipe antagoniste soit Hayden Hayes. Tiré du monde illégal des courses de rues, Hayden s’insinue immédiatement sous la peau de Kenzie. Ses insinuations que Kenzie est une princesse gâtée qui a une carrière toute faite, enflamme sa volonté de gagner, et à sa plus grande surprise, Kenzie apprend rapidement qu’elle cours mieux lorsqu’elle est contre Hayden.
Alors que Kenzie et Hayden se pousse l’un l’autre sur la piste, l’énergie électrique qui existe entre eux hors du circuit se transforme en une attraction intense, mais strictement interdite. La seule règle entre eux est qu’il ne doit y avoir aucun contact entre leurs deux équipes ultra compétitives. Kenzie fait toujours de son mieux de respecter les règles, mais lorsque son équipe fait face à une crise économique, elle n’a pas d’autre choix que de demander de l’aide à Hayden. La tension diminue durant leurs rencontres nocturnes secrètes, mais Kenzie a bien trop à perdre pour s’abandonner à ses désirs. Spécialement lorsqu’elle commence à douter que Hayden ait totalement abandonné sa vie dans les rues…

Avis d’Ash :
J’étais assez pressée de lire ce tout nouveau roman de S.C. Stephens, une auteure dont j’entends énormément de bien depuis des années. Mais voilà, au final j’ai fini Furious Rush avec un avis assez mitigé et une impression d’arnaque. Aussi bien que mon problème avec Kenzie sur la première partie du livre, ainsi que des personnages secondaires imbuvables font que j’avais une du mal à vraiment me faire une idée sur ce roman, autant le dernier chapitre m’a mis dans tout mes états ! J’ai eu l’impression de m’être faite avoir et manipuler d’une façon que je n’aime pas du tout ! Quand on vous promet un oneshot et que vous finissez un livre avec une tonne de questions, en plus d’un final qui laisse clairement voir qu’il y aura une suite, la dragée passe assez mal… Cela ne posera peut-être de problèmes à certaines personne, mais je trouve que ça a gâché ma lecture puisque je m’étais conditionné à avoir un début et une fin définie depuis le début.

Mais revenons-en au plus important, Kenzie et ses problèmes lors de sa première année dans le monde de la course de moto sportive. Mackenzie Cox est la fille d’un des pilotes les plus connus et vénérés de ce sport, et elle porte sur ses épaules la lourde tâche d’être son héritière, ainsi que plus tard l’avenir de l’écurie entière. J’ai vraiment du mal avec elle durant la bonne moitié du livre, trop refermée, qui a du mal à s’ouvrir et à faire confiance, sans oublier qu’elle se fit aux idées préconçues. Le fait que l’histoire ne soit que de son point de vue me frustrait pendant tout ce temps où elle est une gamine frustrée incapable de dire les choses et faire ce qu’elle veut réellement. Mais heureusement elle va évoluer, devenir plus épanouie, drôle, courageuse et tout simplement vivre.

Mais si cela a été possible, c’est grâce à Hayden, un beau gosse qui va lui faire vivre un enfer et bien d’autres choses. Il change au fil de l’histoire, apparaissant d’abord comme un abrutit imbu de lui-même et coureur de jupons, puis se transformant en passionné de moto, en ami loyal, en amant tendre et en homme mystérieux. J’ai vraiment apprécié toutes les facettes de sa personnalité et surtout qu’on ne cesse d’en apprendre sur lui. Il est vraiment surprenant, surtout dans son rôle de voix de la raison alors qu’il fait lui-même des erreurs de parcours. Je regrette seulement que l’on n’ait pas eu des moments de son point de vue, cela aurait rajouter de la profondeur à son personnage et surtout répondu à certaines de nos questions.

Leur relation connait des hauts et des bas bien entendu, c’est ce qui donne de l’intérêt au livre en même temps. Ils ressentent une énorme attraction dès leur rencontre, mais le comportement de Kenzie, en plus des insinuations de Hayden, ne font que les éloigner l’un de l’autre. Heureusement que leur amour commun pour la course va les rapprocher et solidifier les choses entre eux de façon assez inattendue. C’est aussi chaud que l’on pouvait l’attendre de leur part, tout en étant romantique et tendre par instant. Cependant, on ne peut pas parler de leur histoire à la Roméo et Juliette sans parler des tensions entre leurs deux équipes. Il y a des choses à régler entre le père de Kenzie et le patron de Hayden, mais tout deux ont été de vrais connards jusqu’au bout.

Toujours est-il que même si j’ai eu du mal avec certains personnages et choix proposés par l’auteure, j’ai énormément apprécié le choix de l’univers de la moto. C’est ce qui sauve ce livre à mes yeux, c’est ce qui lui donne de la tangibilité, de la crédibilité et tout simplement du rythme. Les courses sont extrêmement bien décrites, pour ne pas dire réalistes, si on retire les petits drames nécessaires à l’avancée de l’intrigue. L’auteure ne s’est pas satisfaite de parler des courses, elle les fait vivre, y comprit les avants et les après. Sponsors, mécanos, coureurs, entraînements, tout y passe et c’est vraiment agréable de voir tous les détails fournis. Mais pas uniquement dans le monde sportif, c’est aussi le cas pour les courses de motos illégales.

Comme vous pouvez le voir, il y a autant de choses positives que négatives dans ce livre, ce qui rend assez compliqué de lui donné une note et un avis tranché. A vrai dire, sans le dernier chapitre, ma note aurait été vraiment plus élevée puisque j’ai adoré Kenzie (version finale) et Hayden, leur relation et l’univers dans lequel ils évoluent. Mais c’est juste impossible de passer outre la fin, même si je lirais la suite lorsqu’elle sortira, rien que pour avoir les réponses à mes questions et voir comme s’en sorte nos deux amants maudits.

Merci à S.C. Stephens pour ce service presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s