Mackenzie Grey (t1) : SHIFT

mackenziegrey1Titre : SHIFT (VO)
Auteur(e) : Karina Espinosa
Maison d’édition : Auto-édition (Inédit en France)
Genre : Urban Fantasy
Parution : 2015 (USA)
Lu en anglais
Note : 15/20

Résumé :
C’est déjà assez compliqué d’être une étudiante en dernière année, une interne au commisariat de Downtown Manhattan et vigile dans un bar local. Ajoutez à cela mon actuel ex-petit-ami qui l’a récemment jetée pour la bimbo du campus et qu’elle est une louve garou.
Mackenzie Grey rencontre son équivalent lorsqu’elle est kidnappée par la meute de Brooklyn et balancée entre Sebastian et Jonah, l’Alpha et le Beta. Etre une louve solitaire dans une ville est dangereux, et maintenant que la meute l’a trouvé, c’est aussi le cas des créatures surnaturelles qui vive dans la région. Et pas même son sarcasme et sa répartie la sortiront de ça.
Lorsque des cas d’enlèvements implique Mackenzie dans la politique surnaturelle, elle questionne ses nouvelles connaissances et se découvre des alliés inattendus.Peut-elle échapper à la loi de la meute et garder sa liberté, ou va-t-elle être condamnée à prendre un chemin qu’elle ne veut pas ?

Avis d’Ash :
Je suis assez contente d’avoir lu SHIFT et d’avoir pour le coup découvert Mackenzie Grey qui est une nana qui a du chien, le genre de protagoniste que j’apprécie beaucoup. Même si cela a été assez long d’entre dans le livre, que l’ambiance met du temps à se mettre en place, les choses ne font que se bonifier au fil des pages et on savoure notre lecture à la fin. Si vous voulez découvrir la louve qui n’a pas sa langue dans la poche, c’est par ici !

Mackenzie, ou Kenz comme elle préfère être appelée, pourrait ressembler à une étudiante typique. Sauf qu’elle est une louve garou qui s’est transformée en louve pour la première fois 4 ans auparavant et pense être la seule. Elle fait de son mieux pour obtenir son diplôme et devenir inspectrice de police, il faut dire qu’avec ses capacités physiques, c’est du tout cuit, tout comme son boulot de videuse. Mais rien n’est simple pour elle, entre un ex pitoyable, deux bimbos à la con qui lui pourrisse la vie et deux loups qui ont décidés de la séduire, ce n’est pas de tout repos.

J’apprécie de Kenzie ne se laisse pas faire, qu’elle se défende et se débatte pour ce en quoi elle croit. Sa langue de vipère va lui apporter bien des embrouilles, mais c’est ce qui donne de l’intérêt à l’histoire et avouons-le, elle nous fait bien rire avec ses références, ses disputes avec Bash et ses discussions avec Amy. C’est sympa aussi de la voir évoluer, celle qu’elle est aux première pages et la Kenzie de la fin, elles n’ont plus rien à voir. Ses défauts et ses qualités la rendent humaine, touchante et on peut s’identifier à elle.

Concernant les personnages secondaires, il y en a un certain nombres, la plupart ayant un rôle à jouer à un moment ou un autre. Certains tirent bien entendu leur épingle du jeu. Sebastian, ou Bash, est l’Alpha de la meute de Brooklyn, autoritaire, sauvage et sombre, plusieurs de ses choix et actions m’ont assez déplu, bien qu’il est du potentiel. Jonah, son Beta, est tout son contraire. Il est doux, attentionné, drôle et pourtant, tout comme Bash, il m’a prit la tête avec son mode girouette. Amy, la meilleure amie de Kenz, est la seule humaine qui ait un réel rôle à jouer et elle apporte une dose d’humour à l’histoire.

Quand je dis qu’elle est la seule humaine, ce n’est pas totalement vrai. Au début, on se retrouve avec une romance contemporaine assez classique, les soucis habituels d’une étudiante. Puis le surnaturel prend le pas, changeant tout et marquant bien les modifications de la vie de Kenzie. Adieu les humains, bonjour le surnaturel et les emmerdes. L’auteure a développé un univers intéressant en se servant de créatures que l’on connait tous. Elle y ajoute sa pâte, ce qui est appréciable. Notamment chez les loups, leur culture et leur hiérarchie.

L’intrigue est rondement menée, on voit bien au final que tout est lié et surtout que Kenzie a encore du pain sur la planche. C’est assez bien rythmé, toujours gagnant en puissance pour un final de feu. Mais bien que j’ai beaucoup aimé Mackenzie et l’univers, il y a un gros problème pour moi ici, c’est le triangle amoureux qui ne fonctionne pas réellement. Ça tourne en rond, il y a un manque de conviction de la part des personnages et on se demande souvent si les deux mâles ne veulent pas plutôt se débarrasser d’elle au vu de leurs réactions plus que douteuse. Le livre reste tout de même une lecture agréable qui nous donne vraiment envie d’en savoir davantage.

Merci à Xpresso Book Tours pour ce service presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s