Interview : Celia Aaron

Nous sommes de retour avec une nouvelle interview (et on garde notre rythme mensuel =p) !
Cette fois-ci, il s’agit de Celia Aaron qui s’est prêtée au jeu. Une nouvelle auteure de romance érotique très Dark, style en vogue actuellement notamment grâce à C.J. Robert, Pepper Winters, Aleatha Romig ou bien Anna Zaires, pour ne citer qu’elle.
L’interview est à la fois disponible en français et dans sa version originale, donc à vous de choisir votre préférence ^^
Celia_Bonjour, Celia ! Pouvez-vous vous présenter svp ?
Bonjour tout le monde. Je suis Celia Aaron. Avocate le jour et auteure la nuit. J’ai toujours écrit et je suis devenue une « pro » que récemment, comme il le fallait.

Pourquoi êtes-vous devenue écrivain ?
J’adore amuser les gens et raconter des histoires. Être une conteuse est un de mes rares talents, et il se manifeste à travers mon écriture. Trouver un bon filon est mon but pour le fin de la journée.

Quel est votre auteur favori ?
Tous les auteurs disent « J’en ai trop pour les nommer », mais c’est la vérité. Il y a trop de bons livres. J’en ai lu beaucoup au fil des ans. Alors, il y en a beaucoup à la tête de ma liste « Ho mon dieu, j’aimerais écrire comme ______ ». Mais le maître, bien évidemment, est Stephen King.

Avez-vous un livre, ou plusieurs, que vous pensez que les gens doivent lire ?
Ça dépend de ce qu’aime les gens. Si vous aimez la romance paranormale (mon premier amour), alors vous devriez lire Les Ombres de la Nuit de Kresley Cole. Le premier livre qui m’a retourné le cerveau. Il y a aussi La Confrérie de la dague noire de J.R. Ward. Son premier livre m’a aussi marqué. Je ne suis pas du genre à lire des romances douces alors je ne peux rien conseiller dans le genre. J’aime Hard Boy de Helena Hunting dans les romances comiques. Les livres que relis encore et encore sont ceux que les gens pensent être ennuyeux, des classique épais. Shakespeare, les Bröntes et Austen.

Qu’est-ce qui vous a fait écrire de la Dark Erotica ?
Je suis juste devenue plus sombre. Je me retrouvais à écrire une histoire et devoir relire et éditer tout ce qui était sombre. En fait, j’ai juste eu à faire avec ma m*rde pour l’histoire courte sur l’irlandais que je suis en train d’écrire (mes histoires sont plus douces que ce que j’écris habituellement, mais toujours avec pas mal de contenu érotique). Alors je pense que j’allais vers ce genre.

Qu’est-ce qui fait un bon Dark Erotica ?
Les surprises. J’aime comme quelque chose d’inattendu et de dépravé arrive. Les retournements et la noirceur de la nature humaine semblent être au cœur des livres de dark erotica. Oh, et du sexe hot.

Avez-vous des livres de ce genre que vous adorez ?
Plusieurs. Les J.A. Huss, Ker Dukey, Pepper Winters, Pen Douglas, C.J. Roberts et bien d’autres qui m’échappe en ce moment.

Parlons un peu de Counsellor, pouvez-vous nous en dire plus sur les personnages et l’univers pour donner envie à de futurs lecteurs ?
Counsellor est un conte à la Belle et la Bête, mais dans des tons bien plus sombres. J’ai créé mon intrigue sur le conte et je l’ai tordu jusqu’à ce que ça pleure, ça saigne et que ça me donne une histoire.

Avez-vous rencontré ou aimé un homme comme Sinclair ?
Je n’ai jamais rencontré de Sinclair. Si je l’avais fait, j’aurais été effrayée et j’aurais été excitée, tout cela à la fois. Il aurait été dur à aimer, mais définitivement facile à baiser.

Qu’est-ce qui vous a inspiré Stella ?
Elle est une sorte d’auto-création, pour moi. Dernièrement, j’ai trouvé plus de héroïnes fortes dans les livres, même lorsqu’il s’agit de problèmes autour de leur soumission non volontaire, comme dans Counsellor. Je me suis lancée avec l’envie d’avoir une héroïne qui avait du chien et qui n’était pas « tspv » (trop stupide pour vivre) comme certains personnages que j’ai pu voir. C’était la chose principale qui l’a forgé, à mon avis, la force.

Pourquoi avoir choisir la haute société de la Louisiane ?
J’ai visité la Nouvelle-Orléans récemment et j’ai eu une impression lorsqu’on conduisait en plein cœur des magnifiques manoirs de Garden District. Toute l’esthétique des riches qui vivent dans une ville avec autant de quartiers pauvres m’est resté à l’esprit et a éventuellement pourrie, créant les sombres et riches participants de l’Acquisition.

En tant qu’auteure auto-édité, avez-vous des conseils à donner à des personnes souhaitant se lancer dans l’aventure ?
C’est du boulot. J’ai écrit pendant des années avant de me faire ma place en ce moment dans le monde de l’auto-édition. Principalement parce que mes premiers efforts étaient un premier essaie. De l’entraînement, travailler son art, écrire et lire. Vous devez lire pour écrire et vice versa.

Quel est votre prochain projet ?
Magnate, le deuxième tome de la série Acquisition qui est sortit en janvier, et le troisième livre, Sovereign, qui sortira en avril.

Quelques mots pour vos lecteurs français ?
Merci de lire mes romans sombres et je ne peux pas attendre pour visiter et boire du vin avec vous. Gardez toute une baguette pour moi. (en français dans la version originale)

CounsellorWe are back with a new interview (and we’re keeping our mensual rendez-vous =p) !
This time, it’s Celia Aaro who take the bait. She’s a new Dark Erotica author, a genre that’s really popular right now with writers like C.J. Robert, Pepper Winters, Aleatha Romig or Anna Zaires, to only list them.

Hi, Celia! Can you present yourself, please?
Hi All. I’m Celia Aaron. Attorney by day and writer by night. I’ve always been a writer and have only recently turned “pro,” as it were.

Why did you become a writer?
I love entertaining people and telling stories. Being a storyteller is one of my few innate talents, and it manifests itself through my writing. Spinning a good yarn is always my goal at the end of the day.

Do you have a favorite author?
Every author says “I have too many to name,” but it’s true. There are so many great books out there. I’ve read a lot over the years. So, there are several at the top of my “oh my god, I wish I could write like ______” list. The master, of course, is Stephen King.

Do you a book, or more, that you think people must read?
Depends on what people are into. If you love paranormal romance (my first love) then you should check out Kresley Cole’s Immortals After Dark Series. The first book blew my ever-loving mind. Also, J.R. Ward’s Black Dagger Brotherhood. Her first book also blew my mind. I don’t tend to read sweet romances, so I can’t recommend much in that area. I loved Helena Hunting’s Pucked, for romantic comedy.
The books I return to over and over tend to be what most people think of as boring, stuffy classics. Shakespeare, the Brontes, Austen.

What make you write Dark Erotica?
I just tend to go darker. I would find myself writing a story and then having to go back in and edit out the darker stuff. I actually just had to do that with my F*ck of the Irish short that I’m writing at the moment (my shorts tend to be sweeter than most other things I write, but still plenty of erotic content). So, I think I just tend that way.

What’s for you that made a good Dark Erotica?
Surprises. I love when something unexpected and depraved happens. Twists and the darker side of human nature seem to be at the core of dark erotica books. Oh, and hot sex.

Do you have some authors of this genre that you love their books?
Several. J.A. Huss, Ker Dukey, Pepper Winters, Pen Douglas, C.J. Roberts, and many more that escape me at the moment.

Let’s talk about Counsellor, can you told us something more about your characters and universe to tempt new readers?
Counsellor is a beauty and the beast tale, but several shades darker. I built my framework on the fairy tale and then proceeded to twist it until it cried, bled, and gave me the story.

Have you or would you love a man like Sinclair?
I have never met a Sinclair. If I did, I’d be afraid and turned on — all at the same time. He would be a tough one to love, but definitely an easy one to fuck.

What inspire you Stella?
She is sort of a creation unto herself, for me. Lately, I’ve found a lot more strong heroines in books — even when the subject matter deals with their unwilling subjugation, like Counsellor. I went into this wanting a heroine who had backbone and wasn’t “tstl” (too stupid to live) like some characters I’ve seen. That was the main thing that shaped her, in my mind — strength.

Why did you choose Louisiana’s high society?
I visited New Orleans recently and sort of had a passing thought as we drove by a gorgeous mansion in the Garden District. The whole aesthetic of the wealthy living it up in a city with so many poorer parts kind of stuck in my brain and eventually rotted, thereby creating the dark, rich players in the Acquisition.

As a selfpublish author, do you have some advice for the ones who want to try this adventure?
It takes work. I’d written for years before actually making a dent in the self published world. Mostly because my first efforts were obviously first efforts. Practice, hone your craft, write and read. You have to read to write and vice versa.

What is your next work?
Magnate, the second book in the Acquisition series, came out in January, and the third book Sovereign, will be out in April.

Some words for the french readers ?
Merci de lire mes romans sombres et je ne peux pas attendre pour visiter et boire du vin avec vous. Gardez toute une baguette pour moi .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.