Créatures des ténèbres (t5) : Nightwalker

Nightwalker_CoverTitre : Nightwalker (VO)
Auteur(e) : Jacquelyn Frank
Maison d’édition : Random House, collection Loveswept (Inédit)
Genre : Romance paranormale
Parution : 2015 (USA)
Lu en anglais
Note : 17/20

Résumé :
Kamen est un changecorps, une ancienne âme qui renait dans un hôte humain après l’autre. Il est aussi le prisonnier de sa propre espèce : c’est Kamen qui a relâché Apophis, le mortel Dieu qui menace l’existence de leur monde. Afin de se racheter de son incommensurable erreur, Kamen accepte une urgente mission : convaincre les autres nations des Nocturnes que mettre en pause leurs conflits séculaires et combattre ensemble. Si il échoue, tout sera perdu. Et aucune tribu actuelle ne représente un plus grand challenge que les Spectres, les spectres qui sont craints et haïs pour leur touché létal.
Kamen rencontre tout d’abord une magnifique et éthéré beauté du nom de Geneviève. A moitié Spectre, à moitié humaine, rejetée en tant que métisse, Viève partage sa faim de rédemption, et de connexion. Son touché scintillant contient le baiser de la mort et pourtant il donne l’impression à Kamen d’être plus vivant que jamais. Rapidement ses lèvres sont scellées aux siennes, envoyant Viève dans les flammes du désir et forgeant un lien entre eux qui surpasse leurs différences. Maintenant ils doivent unir tous les Nocturnes depuis les Vampires et les Ombres aux Djinns, et rapidement puisque Apophis est déjà prêt pour la guerre.

Avis d’Ash :
Encore une série que je finis dont cela me serre le cœur de dire au revoir aux divers personnages. Après la fin du Clan des Nocturnes, j’en attendais énormément de la suite et je n’ai pas été déçue, surtout pas par ce dernier tome. On finit les choses en beauté avec la réunion de tous les Nocturnes, la bataille finale face à Apophis et avec les choses depuis le point de vue de mon personnage favori : Kamen. Une histoire de coup de foudre, de fin du monde et de seconde chance qui charme à tous les coups.

Kamen était un des anciens leaders des thaumaturges, ce qui faisait de lui l’ennemi à abattre, mais depuis un an, il fait de son mieux pour se faire pardonner, corriger ses erreurs et sauver tout le monde. Malheureusement, rien ne fonctionne, il est le paria haït de tous qui reste renfermer sur lui-même et qui souffre en silence, même s’il essaye de se mentir à lui-même sur ce point. Puis un jour, dans une mission importante, il rencontre Viève, une métisse Spectre, pleine de joie et de bonté, qui souffre des mêmes maux que lui : mise à l’écart, incompréhension et dépréciation de soit. Il n’y a pas à dire, ils étaient fait l’un pour l’autre et leur couple est sans aucun doute le plus adorable et le plus parfait de toute la saga.

La romance que vont vivre ces deux-là va être très rapide, c’est un coup de cœur immédiat et qui se complique tout aussi rapidement. Les aprioris, les secrets et les erreurs passées, tout cela sont des obstacles qu’ils doivent surmonter, assez facilement, mais ce n’est pas le cas de ceux qui les entoure. Car leur couple harmonieux va être la pierre centrale de l’évolution de l’univers des Nocturnes grâce à l’envie de pardonner, de donner une seconde chance et de montrer qu’on est plus que ce qu’on est. Ce livre est bien plus complexe, les thèmes abordés très bien développés et prenant les lecteurs aux tripes.

En parallèle, il y a toujours autant d’action grâce à la bataille à venir face à Apophis, les entraînements et surtout la découverte de tous les Nocturnes, leurs histoires et le travail afin de créer une paix durable basée sur une relation de partenariat entre les différentes races. Divers Nocturnes connus du lecteur sont mis à contribution, apportant leur point de vue afin d’approfondir les choses, révéler des anecdotes, donner des nouvelles sur certains personnages qui peuvent être étonnants. Bref, tout à son importance, tout est pensé afin de nous étonner et nous entraîner au final plein d’espoir.

Ce dernier tome est mon favori de la saga, pas seulement à cause du couple de protagonistes que j’ai tout simplement adoré, mais aussi grâce à l’apport des autres et la complexité globale de l’intrigue. Pas une seule fois on a une impression de bâcler, ni qu’on est frustré par des réponses ou par la conclusion en soit. Bien que l’histoire soit tragique par instant, cela reste avant tout un combat par la liberté et une belle histoire d’amour qui ne peut que plaire.

Merci à Loveswept et Jacquelyn Frank pour ce service presse !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s