The Bourbon Kings (t1) : The Bourbon Kings

thebourbonkings1Titre : The Bourbon Kings (VO)
Auteur(e) : J.R. Ward
Maison d’édition : NAL (Inédit en France)
Genre : Romance / Contemporain
Parution : 2015 (USA)
Lu en anglais
Note : 15/20

Résumé :
Pendant des générations, la famille Bradford a revêtit le manteau des Rois de la capitale mondiale du bourbon. Leur richesse réputée leur a offert prestige et privilèges, de même qu’une sévère division des classes dans leur territoire en expansion, Easterly. En haut, une dynastie qui à donne l’impression de jouer avec les règles de la bonne fortune et du du bon goût. En bas, le staff qui travail jusqu’à l’épuisement afin de maintenir la parfaite façade des Bradford. Et jamais ces deux extrêmes ne doivent se rencontrer.
Pour Lizzie King, chef des jardiniers d’Easterly, croiser cette ligne a presque ruiné sa vie. Tomber amoureuse de Tunale, le fils prodigue de la dynastie du bourbon, n’était pas quelque chose qu’elle avait planifié ou voulu, et leur rupture amère a seulement prouvé que ses instincts avaient raison. Maintenant, deux ans après s’être éloigné, Tulane est de retour à la maison et il ramène le passé avec lui. Personne n’en sortira indemne : pas sa magnifique et sans pitié femme, ni son frère aîné dont l’amertume et l’animosité n’ont de limites, et surtout pas le patriarche des Bradford à la main de fer, un homme de peu de morale, encore moins de scrupules et avec pleins, pleins de secrets.
Alors que les tensions familiales, professionnelles et intimement privées, bouillonnent, Easterly et tous ses habitants sont prisonniers des griffes de l’irrévocable transformation, et seul les plus têtus survivront.

Avis d’Ash :
Le tant attendu et espéré The Bourbon Kings de J.R. Ward est enfin disponible. Et que dire de ce livre… hum… il m’a laissé mitigée sur certains points. Au bout de quelques pages, j’ai eu l’impression de lire un remake Des feux de l’amour et ce n’est pas une blague. Des familles puissantes du sud des USA vivent entre eux, sa marient entre eux et se mettent des bâtons dans les roues pour plus d’argent et de pouvoir. Ces deux-là forment le trio central avec le sexe qui est au cœur de tout quand on y réfléchit bien. The Bourbon Kings est avant tout une saga familiale réussit sur certains points, et beaucoup moins sur d’autres…

On découvre donc les mésaventures, manipulations et amours de la famille Bradford, les Rois du Bourbon, les tout puissant du Sud. Ils sont 4 enfants, 3 garçons et une fille, tous ayant atteint la trentaine et qui ont un point commun : ils haïssent leur père. Ils ont eu une vie de privilèges qui va de paire avec leur nom, mais non sans souffrance. Edward, l’aîné défiguré et amer, Tulane le playboy de la famille, Maxwell la mauvaise plante et Gin la seule fille mais pas la dernière pour salir la réputation de la famille. Tous ont souffert, tous pensent à détruire leur père et seul Maxwell n’est pas présent pour le moment.

Tulane, ou Lane pour ses proches, est le protagoniste central de ce livre. Il est de retour chez lui à Easterly et tente le tout pour le tout, recoller les morceaux de sa vie qui a volée en éclat deux ans plus tôt. C’est une personne assez franche et entière, qui sait ce qu’il veut et est prêt à tout pour l’obtenir. Sa rencontre avec Lizzie va littéralement le changer, le faire rentrer dans le droit chemin et c’est pourquoi il fait de son mieux pour la reconquérir. Lizzie est la chef des jardiniers du domaine des Bradford et se sent un peu dans la peau de Sabrina (du film du même nom), mais sans la fin heureuse où la pauvrette fini avec le beau gosse plein aux as. Bien qu’elle soit sympathique, généreuse et loyale, sa façon d’écouter et croire les ragots et de ne pas prendre des leçons de ses erreurs passées m’ont énervés. Ces deux-là ont clairement des soucis de confiance et de communication, ce qui a franchement commencé à me prendre la tête sur les derniers chapitres.

Au tour du couple qui va rencontrer bien des obstacles, il y a tout un tas de personnages intéressants mais pas toujours exploités de façon judicieuse. Certains d’entre eux donnent leur point de vue des évènements, nous faisant comprendre qu’ils auront droit tôt ou tard à leur propre histoire bien plus développée. Il y a bien entendu Edward, que je trouve complexe et fascinant, tout comme Setton, la femme de sa vie. On avoir droit à du beau avec ces deux-là. Il en va de même avec Gin, la petite sœur garce qui enchaine les erreurs, et l’avocat et ami de la famille, Samuel T. qui ne cessent de se tourner autour depuis des années. Shelby, une employée d’Edward, ainsi que Mack, employé à la distillerie et ami d’enfance de Lane, ont aussi droit à un petit chapitre et on aimerait bien les revoir par la suite.

Mais ce grand nombre de narrateurs, bien qu’étant quelque part la marque de fabrique de Ward, est frustrant. On survole des moments plein de potentiel, on passe du coq à l’âne et certaines scènes sont passées sous silence. A suivre trop de personnes et de relations à la fois, j’ai eu l’impression de perdre l’essentiel et de la qualité quand à l’intrigue pourtant fournie. On en prend plein la face, on veut en savoir plus sur certains personnages, sur certaines « affaires », mais le final est assez décevant dans le sens où l’on est stoppé en plein vol et nous laisse avec une impression d’inachevé. La romance est basique mais directe, l’intrigue fouillée et addictive, typique des sagas familiales et comblera les fans du genre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s