Le Chaperon rouge

lechaperonrougeTitre : Le Chaperon rouge (VF) / Red Riding Hood (VO)
Auteur(e) : Sarah Blakey-Cartwright
Maison d’édition : Michel Lafon, collection Jeunesse 9-12 ans / Michel Lafon, collection Poche / Atom (VO)
Genre : Conte / Fantastique / Young-Adult
Parution : 2011 (France : Jeunesse 9-12 ans) / 2014 (France : Poche) / 2011 (USA)
Lu en anglais
Note : 14/20

Résumé :
Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…
Depuis la mort de sa sœur, la plus douce des jeunes filles, Valérie est inconsolable. Henry, le superbe fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le cœur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes loin du cocon familial.
Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise depuis des années vit parmi eux. Tout le monde devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang coule… et que tous ceux qu’elle aime disparaissent.

Avis d’Ash :
Voilà un livre qui m’intriguait puisque j’ai vu le film à sa sortie, mais pour être franche, je ne m’en souvenais pas tant que ça. Le film en soit ne m’a pas vraiment marqué et au final il en va de même pour le livre qui m’a déçue sur certains points. J’ai beau aimé les réécritures de contes, surtout lorsqu’elles sont basées sur la véritable histoire (qui est plus sanglante et donc moins Disney…), maaaais il a clairement manqué quelque chose pour que ce soit une réussite.

On suit donc l’histoire de Valérie, une jeune fille qui n’a jamais quitté son village de Daggerhorn et qui s’y sent étriquée et pas à sa place du tout. Le seul véritable ami qu’elle n’ait jamais eu a disparu des années plus tôt et elle a survécu à sa rencontre avec le montre, avec le Loup. Car c’est là qu’arrive le fantastique de l’histoire, un loup énorme et surnaturel effraie son village depuis bien des années. Cependant, tout cela reste en fond pendant la première partie du livre.

Dans cette partie est mis en avant la personnalité de Valérie, réellement à part de son village, elle est un peu sauvage et garçon manqué, elle voit les choses plus loin. On voit ses relations avec sa famille : une mère assez étrange qui cache des choses, un père alcoolique et une soeur parfaite à qui on ne cesse de la comparer. Le jour de fête du village arrive avec des hommes des autres villages qui viennent prêter main forte. Elle voit parmi les hommes une ancienne connaissance, son meilleur ami, Peter. Les choses vont donc changer, l’amour arrive de plein fouet, surtout que le beau gosse du village Henry lui fait la cours. Quand tout semble normal, le Loup tue quelqu’un en dehors de la pleine et ça devient la folie.

La deuxième partie se concentre alors sur la chasse du Loup, mais aussi le combat entre Henry et Peter pour obtenir les faveurs de Valérie. C’est là que ça a commencé à m’ennuyer. C’est un jeu du chat et de la souris à trois. Des parents presque absents, sauf pour faire empirer les choses. Mais surtout, on passe du coq à l’âne, de scènes en scènes sans réel marqueur de temps, ne sachant pas ce qu’il se passe réellement. La troisième et dernière partie se déroule de la même façon, sauf qu’il y a des prêtres chasseurs de monstres qui débarquent, dont l’imbuvable Père Solomon. Des choses horribles s’enchaînent car ils ont enfin comprit (ce qu’on savait déjà) que le Loup est en réalité un des villageois.

Enfin bref, pas de grande surprise, il y a du loup-garou, des sorcières et du chaperon rouge (d’origine suspecte si vous voulez mon avis sur la chose). Les choses se déroulent en peu de temps, quelques choses comme moins d’une semaine et au final sans grandes surprises. La fin est presque du gros n’importe quoi, c’est un carnage sans nom et on ferme le livre avec une pensée : « Tout ça pour ça ? ». Déception pour ma part et pas du tout convaincue par cette réécriture qui est pourtant plus prêt du conte d’origine. Pour les fanas de fantastique pourquoi pas, mais il ne faut pas pousser la logique trop loin…

Merci à Grizelda d’avoir proposé cette lecture commune sur Livraddict.

challengejeunesseYA455/50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s