Diabolus in Musica

diabolusTitre : Diabolus in Musica (VF)
Auteur(e) : Céline Rosenheim
Maison d’édition : Éditions du Chat Noir, collection Griffe sombre
Genre : Fantastique
Parution : 2015 (France)
Note : 15/20

Résumé :
Yann est un être solitaire pour qui seule la musique compte, ses projets Sjel et Totentanz représentent tout son univers. Si sa timidité et son esprit rêveur ont toujours suscité l’incompréhension et le rejet, le jeune homme sait aussi que ce caractère a forgé sa créativité. Aujourd’hui, alors que les ombres menacent, sa différence pourrait être un don encore plus précieux, bien au-delà de son talent musical, car Yann perçoit une présence qui plane autour de la scène black metal, une aura maléfique qui pourrait bien anéantir l’inspiration et la vie des musiciens. J’ai toujours préféré le mode mineur, plus mélancolique. On dit qu’il est le mode de la nostalgie et c’est une humeur qui me correspond. Je voudrais commencer mon récit par une note de musique et je crois que ce livre s’écrira en sol mineur.

Avis d’Ash :
Ce livre est une totale découverte pour ma part car ce n’est pas du tout le genre de lecture vers laquelle je vais instinctivement. Du coup je remercie les Éditions du Chat Noir de m’avoir permis de lire quelque chose d’intéressant qui sort de mes lectures habituelles. Ce livre est un bon exemple du fantastique gothique, avec son atmosphère lourde et sombre, une plume poétique et l’importance du ressentit, le tout dans un univers surnaturel.

Yann est un étudiant en plein écriture de son mémoire sur le romantisme dans la littérature allemande et un passionné de musique, de Black Metal plus exactement. Le mal-être qu’il ressent continuellement, il le transmet dans la musique et les concerts qu’il fait avec son groupe. Mais son empathie et sa misanthropie, qui sont courant dans les cercles du Black Metal, lui viennent d’ailleurs, de sa nature d’Emphant. Il n’est pas humain, il ressent les sentiments des autres et se transforme en bête à la pleine lune.

On rentre pour le coup directement dans un monde surnaturel inconnu avec ses propres codes, mais j’avoue m’être égarée par moments. Toute cette facette du récit est importante, mais parfois perd de sa profondeur et de l’importance face à la musique ultra-présente. Car tous les personnages présents ont un point commun : la musique et le Black Metal plus exactement. J’ai apprécié de réellement découvrir ce style musical (bien que j’en ai écouté plus jeune sans réellement le savoir apparemment). C’est parfaitement gothique et sombre à souhait, pile comme l’ambiance générale de l’histoire.

Bien que je n’ai pas aimé certains choix choisit par l’auteure (parti prit gênant) ou bien par les personnages eux-mêmes, j’ai beaucoup aimé le style de cette dernière. On ressent sa passion pour la musique et le gothique, elle sait de quoi elle parle. De plus, tout est bien écrit avec de la poésie et de la légèreté qui contrebalance la lourdeur de l’ambiance. Une lecture agréable, même si ce n’est pas le style de livre que j’achète normalement.

Merci aux Éditions du Chat Noir pour ce service presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s