Le Joyau (t1) : Le Joyau

lejoyau 1Titre : Le Joyau (VF) / The Jewel (VO)
Auteur(e) : Amy Ewing
Maison d’édition : Robert Laffont, collection R
Genre : Young-Adult / Science-fiction
Parution : 2014 (France) / 2014 (USA)
Note : 15/20

Résumé :
Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d’être formée dans l’optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l’opulence et le luxe, c’est la descendance…
Achetée par la Duchesse du Lac lors de l’Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie par une gifle. Désormais connue sous l’appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l’étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté.
Violet doit accepter ce sinistre quotidien… et tâcher de rester en vie. Mais c’est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Bien que la présence de ce dernier vienne illuminer le sombre quotidien de Violet au coeur du Joyau, les conséquences de leur relation illicite vont dépasser ce qu’ils redoutaient…

Avis d’Ash :
D’office Le Joyau nous rappelle La Sélection, aussi bien par sa couverture que par l’idée de demoiselles souhaitant améliorer leur vie en rejoignant la royauté. Mais la comparaison s’arrête là, car l’univers présenté par Amy Ewing est totalement différent, bien plus adulte, compliqué, sombre et vicieux. A côté, America donne l’impression d’avoir passer quelques semaines avec des Bisounours. Le Joyau est un récit complexe intrigant mais qui malheureusement à un énorme point faible selon moi : son héroïne.

Violet Lasting est une adolescente de 16 ans qui va voir son monde basculé lorsqu’une prise de sang à l’arrivée de sa puberté la désigne comme apte à être une Mère-porteuse. Derrière le glamour de ce statut se cache de grandes souffrances, maltraitances et servitude. Violet va l’apprendre à ses dépends le jour où elle devient le lot 197. Au début elle apparait comme une jeune femme maligne, rebelle sur les bords avec des idées bien arrêtées. Mais elle devient très vite décevante en devenant passive et niaise avec son histoire d’amour avec le beau Ash. C’est un compagnon, un homme qu’on paye pour tenir compagnie à une jeune Lady. Il est devient tout de suite l’intérêt romantique de Violet et cette histoire d’amour est dans son ensemble plate, rallongeant des scènes inutilement et servant essentiellement à remplir un vide dans l’action.

Parlons justement des autres personnages qui sont la plupart du temps pas assez développés et exploités. La duchesse du Lac est celle qui a acheté Violet afin qu’elle mette au monde sa fille. Cette bipolaire est vraiment fascinante. Un coup c’est une véritable garce cruelle et l’instant d’après on dirait une mère aimante inquiète pour sa fille. Son fils Garnet est une énorme déception à ses yeux et il est plutôt mystérieux, il est dommage de ne pas en savoir plus à son sujet. Raven ou lot 192, est la meilleure amie de Violet, j’ai accroché à sa personnalité mais elle disparait rapidement des radars. Annabelle est la camériste qui est mise à sa disposition et on ne sait pas trop de quel côté elle est réellement. Concluons par Lucien, il est encore plus mystérieux que Garnet alors qu’on le voit plus souvent et qu’il a un rôle très important. C’est le seul allié que Violet va se faire dans le Joyau.

L’univers de la Cité solitaire est vraiment solide. L’auteure l’a très bien développé avec différentes classes de vie, la ville étant découpé en 5. On part de l’extérieur, le Marais là d’où originaire Violet. Les gens les plus pauvres y vivent, ainsi que les Mère-porteuse. Puis il y a la Ferme, la Fumée, le Commerce et le Joyau. Les noms sont assez évocateurs. Dans le Joyau, cette partie de la ville est le lieux de vie de la royauté mais une prison pour les filles comme Violet qui se retrouvent sans liberté, sans libre-arbitre. Je n’en dis pas plus pour que vous ayez des surprises, même si je pourrais parler de ce monde pendant un bon petit moment.

Malgré une protagoniste assez décevante et un manque flagrant de recherche dans les personnages et la romance, cela reste une lecture vraiment agréable. De plus, l’auteure a su totalement étonner avec les derniers chapitres qui remettent les compteurs à zéro. J’espère que la suite sera plus intéressante, tout du moins que Violet va évoluer et gagner en maturité. Cela peu plaire aux fans de La Sélection, même si l’ambiance générale est totalement différente. Une série à découvrir mais attention à ce que vous en attendez.

challengejeunesseYA416/50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s