Les larmes rouges (t1) : Réminiscences

ImageTitre : Réminiscences (VF)
Auteur(e) : Georgia Caldera
Maison d’édition : Editions du Chat Noir, collection  Griffe sombre / J’ai Lu, collection Darklight
Genre : Fantastique
Parution : 2011 (France : Editions du Chat Noir) / 2013 (France : J’ai Lu)
Note : 15/20

Résumé :
« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »
Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!

Avis d’Ash :
Cela fait un moment que je pense à lire ce livre et il aura fallu une Lecture Commune mise en place par Nessa sur Livraddict pour que je me jette à l’eau. La plupart des critiques que j’avais lu avant de me l’acheter était toutes positives, parlant de l’univers particuliers de l’auteur, qui nous entraîne dans un monde sombre et gothique à souhait. Et je suis d’accord sur ce point, on ressent bien les influences de l’auteure, les touches gothique ressemblent à du Anne Rice ou bien du Tim Burton, mais il n’en reste pas moins que cette lecture m’a laissé perplexe et mitigée sur mon ressentit en fermant le livre.

L’histoire est décrite du point de vue de Cornélia, une jeune femme de 19 ans en faculté de droit qui est au bout du rouleau et décide de mettre fin à ses jours. Dès les premières pages on comprend qu’elle est mal dans sa peau, elle ne se trouve pas jolie et manque de bol, elle entend des voix en plus d’avoir par la suite des flashback d’une vie passée. Du fait de suivre son quotidien, ceux sont ses émotions, son ressentit qui sont mis en avant, et je pense que c’est à cause de cela que je n’ai pas totalement accroché. Cornélia apparait comme une personne immature, égoïste, capricieuse et agaçante au possible. Mais elle évolue peu à peu, tente de s’ouvrir et se montre curieuse et courageuse. Il n’empêche que son caractère est différent de celui de sa vie précédente, elle est plutôt du genre refermée, taciturne et asociale, elle n’arrive pas à se faire d’amis et sur ces points elle ressemble à Henri.

Henri est le Prince des Vampires, le plus âgé et puissant après Avoriel (Roi des vampires et grand méchant de l’histoire), mais il est surtout le seul ami et protecteur de Cornélia. Il se montre froid, voir antipathique, bien que par moment on sent qu’il est prévenant, doux et généreux avec elle. Grâce aux visions de Cornélia, on comprend très vite que c’est la mort de cette dernière dans sa vie précédente qui l’a rendu aussi solitaire et distant. Il y a pas mal de personnages secondaires, tous sont divers, on ressent des choses différents vis-à-vis d’eux, mais malheureusement ils ne sont que survolés. On ne voit que la surface de chacun d’entre eux, sauf Maxime qui pour une bien précise que je tairais.

Le point fort du livre comme je l’ai déjà indiqué, est son intrigue intéressante et bien développée par l’auteure. Les vampires sont décrit sous un nouveau jour et pas du tout romantique. Ceux sont des monstre qui survivent en tuant et vidant de leur sang les humains. Atmosphère gothique est poussée à son maximum avec les scènes glauques et les moments d’épouvantes à faire froid dans le dos. Ce qui est la meilleure idée de l’auteure est sans aucun doute celle de la réincarnation et donc l’utilisation des flashbacks. Au fur et à mesure des pages, les visions du passé prennent de plus en plus de place et sont bien plus prenantes que l’histoire du présent.

L’écriture quand à elle est vraiment plaisante, fluide, recherchée, cela malgré quelques redondances dans le choix d’utilisations de certains mots et de répétition de certaines scènes. Il est vraiment dommage que ce soit aussi long à démarrer, il y a vraiment peu d’actions et de dialogues, ce qui donne un rythme lent à l’histoire et qui peu ennuyer par moment. Il faudra attendre les 150 dernières pages (sur un livre de presque 800), avant d’avoir du mouvements, moins de descriptions et surtout le début de la romance entre les deux protagonistes que l’on sent venir depuis le début. Je sais bien que ce livre est plus une sorte de mise en page, mais j’ai été déçu que tout cela prenne autant de temps et de pages. Au final, je suis partagée entre des personnages qui ne m’ont pas convaincu en plus d’un démarrage lent, et une histoire fouillée, complexe et attrayante. Je lirais le second volume en espérant que cela sera dans la veine des derniers chapitres et qu’on aura plus de batailles et de romance. Bien que déçue par ce premier tome dont j’attendais plus, je le conseille aux fans du genre, mais si vous déprimez ou attendez de la romance ou de l’action, passez votre chemin.

Image

Une réponse à “Les larmes rouges (t1) : Réminiscences

  1. Comme toi, j’ai aimé l’intrigue et l’univers assez sombre, comme toi, je n’ai pas particulièrement accroché à Cornélia et je me suis parfois ennuyée mais dans l’ensemble, ça reste une bonne lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.